· 

Le savon saponifié à froid (S.A.F.)

Historiquement, le savon solide remonte à quelques milliers d’années avant JC et était utilisé pour préparer la laine avant la teinture.  Ce n’est pourtant qu’en 1791 que le savon est fabriqué à partir de soude caustique et qu’en 1823 naît la saponification.

Le savon se décline souvent sous différentes formes et couleurs. Certains sont marbrés, de forme ronde, carrée ou rectangulaire  mais il y a une différence fondamentale entre le savon saponifié à froid et le savon industriel : la méthode de fabrication et, souvent, la qualité des ingrédients.

Que veut dire S.A.F. ?

SAF signifie que le savon est Saponifié A Froid. C’est une méthode artisanale, au contraire des savons industriels qui sont fabriqués à très grande échelle. 

Un savon est le résultat calculé d’un mélange de corps gras comme par exemple des huiles et des beurres végétaux (ou de la graisse animale) et d’un agent alcalin  comme la soude caustique pour le savon solide et la potasse pour le savon liquide. Les perles de soude sont mélangées à de l’eau, ce qui donne la lessive de soude. Le mélange (lessive+huiles) provoque une réaction chimique assez lente à température ambiante, appelée saponification, qui continue jusqu'à épuisement des graisses ou de la soude.

 

Pour garantir qu'il n'y a plus de soude dans le savon fini, on met un excès d'huiles ou on fait une réduction de soude. Le savon et la glycérine résultent de cette réaction. On choisira de mettre certaines huiles « à la trace », c'est-à-dire que l’on sélectionne les huiles dites précieuses (fragiles) à ajouter au mélange à la fin, juste avant de verser dans le moule, pour garder leurs propriétés.

Lorsque le savon est démoulé (48h après fabrication), il doit sécher durant au moins 4 semaines pour laisser à la saponification le temps de bien se terminer. Ce temps de séchage est appelé « la cure ».

 

En SAF, On peut rajouter à la préparation des parfums comme les huiles essentielles et des couleurs à base de colorants naturels (argile, curcuma etc) ainsi que d’autres ingrédients comme du lait, du miel, du jus de fruit, des macérats, des fleurs séchées, de l’aloe vera et bien d’autres choses encore.

Que veut dire surgras ?

Le taux de surgraissage est le pourcentage de graisses qui reste non saponifié dans le savon fini. Le savon est alors dit "surgras". Ce surgraissage va apporter une plus grande douceur et des propriétés nourrissantes et adoucissantes au savon.

Le pure olive

Le pure olive est un savon composé de 100% d’huile olive, ce qui le rend extrêmement doux pour la peau. L’inconvénient pour certaines personnes peut être sa tenue : il fond souvent plus vite et a une texture plus collante. 

Savon industriel VS savon SAF

Le savon industriel est celui que l’on retrouve partout, que ce soit en grande surface, en pharmacie et également en magasin bio. Les savons des grandes marquent bien connues qui se disputent le haut de la liste sont issus de la méthode marseillaise qui est un procédé ancestral. Normalement, le vrai savon de Marseille est composé d’huile d’olive, d’eau et de soude mais, ne bénéficiant d’aucune appellation d’origine contrôlée, son nom est utilisé à toutes les sauces et sa fabrication est devenue un acte industriel à grande échelle.

Il y a plusieurs différences entre le savon industriel et le SAF.

1. Le choix des ingrédients et des additifs

Dans le savon industriel, vous retrouverez généralement la célèbre huile de palme pour son avantage économique, du parfum généralement synthétique, ainsi que certains additifs comme l’EDTA qui permet d'éviter tout changement de couleur, odeur ou texture et qui garantit donc au fabricant que le savon restera stable et ne rancira pas. L’EDTA, comme nous l’avons vu dans l’article d’octobre, ne se dégrade pas et se retrouve en grandes quantités dans les lacs et les océans.

En SAF, les risques de rancissement peuvent être évités lors de la formulation (en vérifiant l’indice d’iode). Un fabricant qui se tourne vers la saponification à froid et la fabrication artisanale aura normalement à cœur le respect de la peau et de l’environnement et choisira généralement des huiles vierges et bio (vérifiez la présence des logos bio).

2. La température et le mode de fabrication

La méthode industrielle de fabrication du savon passe par une longue cuisson des ingrédients dans des machines à haute température. Lorsque la pâte à savon (mélange de la lessive de soude avec les graisses) survient, du sel est ajouté pour éliminer l‘excès de soude et la glycérine, qui colmate les machines, est revendue ailleurs. Or c’est la glycérine qui donne ses propriétés hydratantes au savon.

L’industrie travaille également en excès de soude pour avoir plus d’efficacité. Celle-ci est alors rejetée dans l’environnement à grande échelle. La soude caustique, comme son nom l’indique, est un procédé chimique très dangereux qui peut provoquer de graves brulures.

En SAF, la saponification est obtenue à des températures plus basses (45°C maximum) et c’est le mélange (au mixer) qui provoque la réaction chimique, qui se prolonge dans le moule pendant quelques jours. On devrait dire qu'il est fait "à tiède".

3. Les bondillons

Le bondillon, c’est de la pâte à savon déjà prête que le savonnier achète à un industriel (la majorité des pâtes à savon bon marché est produite en Malaysie) à laquelle on ajoute d’autres additifs (du lait d’ânesse, des huiles essentielles, de l’huile d’argan ou autre) pour faire croire à un produit naturel et artisanal. Comment savoir que le savon est fait à partir de bondillons et non de façon artisanale ? Les ajouts ne pouvant dépasser les 10% de la composition du savon, on les reconnait facilement puisqu’ils seront à la fin de l’étiquette (liste INCI).

Décrypter l’INCI

C’est la fameuse Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques (l’étiquette donc) qui vous garantira que les composants du savon sont parfaitement propres. Sur cette liste, les ingrédients figurent dans l'ordre décroissant de leur quantité.

Dans les savons industriels vendus de par le monde, on retrouve généralement :

  • Sodium tallowate (graisse de bœuf saponifiée)
  • Sodium cocoate (huile de coco saponifiée)
  • Sodium palmate (huile de palme saponifiée)

Et rarement du sodium olivate (huile d’olive saponifiée) ! Nous avons en outre du parfum synthétique, des conservateurs (EDTA et parabens), des colorants azoîques (pigments colorés fabriqués chimiquement à l’origine de nombreuses allergies), des tensioactifs (sodium laureth sulfate) et souvent d’autres additifs allergisants. D’autres substances peuvent également être mentionnées par pur effet marketing (et dont le nom se retrouve tout en bas de la liste et donc en moindre quantité).

Attention au greenwashing ! Il est facile de se laisser berner par l’effet marketing utilisé par certaines marques : dessin d’olive ou de fleurs, emballage de couleur verte pour rappeler l’olive alors qu’il y en a très peu voire pas du tout, pourcentage de graisses trompeur , les effets en trompe l’œil ne manquent pas!

 

Dans les savons SAF, on retrouve généralement des listes INCI plus simple, comme par exemple :

  • Sodium olivate   (sel d’olive = ce qui reste après saponification)
  • Sodium shea butterate (sel de beurre de karité)
  • Sodium cocoate (sel de coco)
  • Glycerin (glycérine)
  • Aqua (eau)
  • Mentha piperita oil (huile essentielle de menthe poivrée)                                                                                                                                     

 

Ici encore, lisez attentivement les étiquettes. Il existe plusieurs applis qui peuvent vous aider.

 

Le savon assèche la peau ?

Comme nous l’avons vu, le savon industriel assèche effectivement la peau en raison de son absence de glycérine. 

Pourquoi le SAF est-il plus cher ?

Le procédé de saponification à froid est une technique artisanale, souvent faite à la main, en quantité parfois limitée (le temps de séchage étant long, il peut être difficile pour un artisan de stocker ses créations) et utilisant des huiles végétales de qualités (souvent bio), il est donc normal que le savon soit plus cher.

Le mot ‘artisanal’

Ici encore, il y a lieu d’être prudent. Artisanal ne signifie pas toujours SAF. J’ai visité des magasins de savons soi-disant fabriqués de façon artisanale où la liste des ingrédients ressemblait davantage à un savon industriel qu’à un SAF (présence d’EDTA par exemple) et où l’odeur très puissante des parfums synthétiques ne laissait aucune place au doute ! En outre, la règlementation interdit de fabriquer du savon en forme d’aliments et j’ai vu  quantité de muffins, sucettes et autres « confiseries ». 

Voici au moins deux bonnes raisons de privilégier le S.A.F.

L’impact des savons sur l’environnement

Les savons et détergents sont produits à hauteur de plusieurs millions de tonnes par an. Certains composés ne sont pas biodégradables et se retrouvent donc dans les océans. C’est le cas de l’EDTA et autres additifs chimiques. De plus, l’effet cocktail aidant, ils peuvent être encore plus polluants en présence d’autres métaux ou pesticides. Le SAF est totalement biodégradable (la soude disparaît lors de la saponification).

 

Des savons doux et riches en actifs !

En guise de conclusion, il est important de lire les étiquettes des savons avant de les acheter. Privilégiez les savons réalisés en saponification à froid qui sont naturellement riches en glycérine, produite lors de la réaction de saponification et bénéficiant d’un taux de surgras qui apportera douceur et propriétés hydratantes à votre peau. La peau des enfants étant très fragile, il va sans dire que les savons industriels ne leur apporteront aucun bénéfice, que du contraire.

 

Alors, vous allez l’essayer, le SAF ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Elsa (vendredi, 09 novembre 2018 10:07)

    Encore un super article... Bravo !